Navigation bar
  Start Previous page  26 of 83  Next page End  

 

Jeudi 26 juillet

85 km

Gorges - P 28 - Ouazzane - P 28

Nico : Normalement on devrait encore être en Espagne aujourd'hui mais on a de l'avance sur le planning et ce n'est pas plus mal. Réveil à 6H00 à côté du champ de cannabis. On boit le premier lait en poudre Nido de Nestlé. Ca va, c'est pas trop mauvais. Tom ne mange pas assez au petit déjeuner et se fait avoir. Il a faim avant midi et est épuisé quand on s'arrête. Moi j'ai mangé un pain rond entier avec de la confiture ce matin donc je n'avais pas trop faim à midi. Menu de midi : sardines à la tomate, riz froid de la veille, pâtes, vache kiri et quelques biscuits. Pause sous une maison pas encore finie à l'ombre à côté de la route. On est dans un champ de blé déjà moissonné et il y a des petites bottes de paille rectangulaires. Un mec est en train de les mettre en tas pour les charger ensuite dans un petit camion classique. On est en train de quitter la vallée et les montagnes du Rif. Ca redevient un peu plus plat. Il y a des fermes et des tracteurs, des champs d'oliviers, c'est de moins en moins pauvre. On écoute le tour de France et on fait la sieste tranquille à l'ombre. On a toujours des cartes postales d'Espagne à écrire pour Raph, Greg et Dav, c'est vraiment l'arrache. Le vélo vient de manquer de peu de me tomber dessus car il était mal appuyé contre le mûr. Il y a beaucoup de vent chaud mais la température est correcte (dans les 40 ° C je pense). C'est la glande totale avec un fond de musique techno à la radio. Tom répare encore et encore ses chaussures avec la super glue 3. Il enlève la première colle jaune au néoprène de mauvaise qualité qu'il avait mise en France avec son opinel pour pouvoir recoller de nouveau avec la super glue 3. On a trop la flemme de repartir. Tom : Nico a le courage de regonfler sa roue arrière qui a toujours une petite fuite et là il décolle la valve. Cette fois il y a obligation de changer la chambre à air.

Nico : On est reparti et on s'est fait arrêter par les flics. Grande poignée de main avec eux et on tape la discute pendant 5 mn. Ils nous demandent où on va et nous parlent du tour de France. En gros ils foutaient rien et arrêtent les voitures pour discuter ou magouiller on ne sais quoi, se faire un petit bakchich. Le soir on prend de l'eau dans un puits. Un mec vient nous voir d'on ne sait où et veut qu'on aille dormir dans sa maison car il fait une fête ce soir chez lui mais ça paraît louche. Il cherche une femme étrangère et nous demande si on est marié. Tom lui dit qu'il dit qu'il a une sœur et ça l'intéresse. Enfin c'est trop louche et on ne veut pas se faire avoir comme à Tétouan avec le faux guide. On repart. Achat d'un melon de 3 kg (5 dirhams le kg) sur le bord de la route sous une tente. On s'arrête pour dormir en haut d'une colline dans un champs de blé moissonné. Il y a plein de vent et encore des gamins qui arrivent de nul part (de la ferme d'à côté en fait). Ils nous regardent manger et finalement repartent avec 2 biscuits chacun. On est prêt à se coucher et là un mec déboule avec une carabine. Il faut qu'on se tire car apparemment ils font une battue et on ne peut pas rester là. On démonte la tente et on range les affaires à l'arrache. Il nous emmène chez le gros proprio du coin et nous dit qu'on doit dormir ici derrière la barrière. Il attend qu'on ait remonter la tente et nous couche. Le mec était sympa mais c'est peu énervant d'avoir déménager aussi vite. On a déménagé à 12H00 et du coup on s'est couché à 22H00. Dans la nuit il est revenu nous voir et nous a mis quelques coup de flash de lampe dans la geule pour voir si on dormait bien. Il nous disait : " dans la tente, tranquille ". Le matin on le revoit et il nous demande si on a bien dormi et nous dit au revoir. Finalement on s'en va en lui serrant la main. Un peu embêtant ce déménagement mais bien cool quand même.

Previous page Top Next page