Navigation bar
  Start Previous page  19 of 83  Next page End  

 

Jeudi 19 juillet

110 km 20 km/h 5h 33

Fuente Vaqueros - Valderrubio - Lachar - A 92 - Loja - A 92 - A 359 - N 331 - col Puerto de las Pedrizas (780 mètres) - Casabermaja - MA 431

Tom : Ce matin au réveil on se les est caillé. Y avait de l'eau partout pour l'irrigation des poiriers, du tabac, des peupliers et des bouleaux. On est parti avec le pull. Nico dit que ça caillait vraiment à mort. Là c'est 13H45 et Nico vient de changer un rayon de sa roue arrière qu'il vient de casser lors de la descente. On venait de se faire une petite pointe dans les 65 km/h avec vent dans le dos. Nico s'est fait une petite frayeur car la roue arrière est partie un peu en live et il a fait un petit écart à cause du vent qui soufflait vraiment fort. Au bout du compte ça a cassé un rayon. Heureusement on venait de quitter l'autovia pour manger. On a déjà fait 90 km. Nico pense avoir une micro crevaison, le truc bien embêtant à réparer. Vu qu'on était sorti pour manger on mange : 1 melon vert, 20 tranches de Salchichon (150 g), 250 g de jambon, 4 baguettes et désserts au chocolat.

Nico : effectivement les emmerdes arrivent : rayon cassé, peut être une crevaison. Enfin il est maintenant bientôt 16 heures et on est à l'arrêt car Tom est mort. Il est couché sur le banc de l'église. On vient de faire une montée de fou. Le village s'appelle Casabermeja. On a 90 bornes dans les pattes. Tom dit qu'il est mort et qu'il doit faire la sieste. On fait donc une pause sieste. En fait on sait pas ce qu'on va faire ensuite. Soit on dort là, soit on prend une petite route pour aller vers Malaga et on aura de superbes points de vue, soit on reprend l'autovia jusqu'à Malaga. Tom est mort alors on va voir. Enfin c'est lui qui a proposé la petite route alors on verra. Y a du vent de cinglé, c'est le plein cagnard et on n'a pas trouvé d'eau pour faire la dish (la vaisselle). On s'est toujours pas fait arrêter par les flics sur les autovias. Toujours de beaux paysages comme en Arizona. C'est quand même moins désertique qu'avant et les cultures ressemblent plus à chez nous : tabac, maïs, peuplier… Tout est bien irrigué et il semble qu'il y a plein d'eau partout. Tom dort toujours. Je vais finir par le prendre en photo car il a une position marrante. 4H15 : je ne sais pas quoi faire, j'ai déjà écrit des cartes postales, je n'ai pas sommeil mais je vais peut être m'allonger histoire de bronzer un peu. Après la sieste on décide de prendre par la petite route. On la cherche d'abord car c'est pas top indiqué. On fait la vaisselle à la fontaine du village devant plein de vieux qui glandent au café du coin. Le village est à flanc de montagne et ça fait vraiment que de monter plus que raide. On monte tout en haut pour faire les kakous mais en fait c'est un cul de sac et il faut prendre la route en bas du village. On redescend donc par une descente de fou presque à la vertical et on trouve la route tant recherchée. La route monte beaucoup mais finalement en haut c'est superbe. On campe au sommet d'une colline. On a vu sur Malaga, la mer et les montagnes environnantes. De nuit c'est encore plus beau car tout est allumé. Par contre il y a plein de vent mais la tente tient quand même. On se couche à 11H00. J'avais finalement bien une crevaison : une micro fuite.

Previous page Top Next page